Les news de la rédac Women in Paddock

Gazelle un jour… Gazelle toujours!

Elles sont arrivées sur la plage d’Essaouira, qui comme chaque année, devient la scène d’un spectacle plein d’émotion de joies, de cris et de couleurs : se sont les filles du Rallye Aïcha des Gazelles du Maroc.

Retours sur le rallye Aicha des Gazelles

Elles ont troqué leurs gilets roses pour se parer de leurs plus belles robes. Après quinze jour passés au fin fond du désert marocain, les 300 gazelles ont eu droit à une soirée prestigieuse face aux remparts d’Essaouira. Quel bel hommage à l’ancienne Mogador que d’avoir choisi le thème des merveilles de la mer pour cette soirée!

Un aquarium, des coquillages, un voilier et même une sirène faisaient
partie du décor de ce gala, ouvert par Dominique Serra et le gouverneur d’Essaouira. Jazmin Grimaldi, fille du Prince Albert II de Monaco et Gazelle dans la catégorie E-Gazelles a interprété une chanson, vêtue d’une splendide robe longue noire, tandis que danses du ventre et marins accompagnaient le repas.


Ce n’est pas qu’un course d’orientation

C’est aussi un événement plein de valeurs, telles que la solidarité ou le partage, et c’est dans cet esprit qu’a été créée l’association Cœur de Gazelles dont les bénévoles ont réalisé 8400 actes médicaux. La force de Cœur de Gazelle réside dans le suivi des patients.

Des équipages très disparates

De novices prenant le départ, certaines anxieuses, d’autres ambitieuses, jusqu’aux expérimentées qui parfois vivent leur 20ème rallye, en passant par des sportives, des mères de famille, toutes veulent aller au bout d’elles mêmes, se prouver de quoi elles sont capables, car ce rallye, on le sait maintenant, n’est pas une promenade de campagne, et beaucoup d’hommes reconnaissent qu’ils ne seraient pas capables de faire et d’endurer ce que font les filles.

Le gazelle and men rally

Depuis 2017, le rallye a ouvert ses portes aux hommes avec un concept spécifique, Rallye-Raid hors-piste, accessible à tous, avec 2 catégories “4×4“ ou “QUAD/SSV“, en binôme, MEN (2 hommes) ou en MIXTE (1 homme et
1 femme). Exit vitesse et GPS : carte, boussole, règle, coordonnées géographiques permettent de tracer sa route pour rejoindre les contrôles de passages disposés sur des parcours hors-pistes.

EQUIPAGE 187 – Jennifer et Jessica
Les Vulpeszerda (fenneck en latin), première participation. Elles ont découvert l’univers du 4×4 en s’entraînant avec des anciennes du rallye, fait des stages de 4×4, et découvert un univers très misogyne. C’était très difficile pour elles, mais beaucoup d’implication leur a réussi. Elles ont créé une communauté de fans sur les réseaux (plus de 4000 fans), pour financer le projet. Le message qu’elles veulent véhiculer : la liberté, n’avoir peur de rien, s’assumer, délirer dans la vie et ne pas se prendre au sérieux. Leur devise : “Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine : elle est mortelle !“ Un souvenir : Les 2 derniers jours, on a eu la chance d’être 4 “jeepeuses“, et de faire le parcours ensemble ( dans les dunes on a le droit de se suivre), et c’était vraiment magique. On a bivouaqué en plein milieu du désert, dans les dunes de Chegaga.

EQUIPAGE 220 – Christine et Delphine
Des anciennes expertes, cette catégorie ayant été supprimée cette année. “Ce qui est intéressant, c’est quelle que soit l’expérience, il y a toujours des moments forts. J’ai commencé en 2007, en me disant : je le fais une fois, et on verra. Mais si on aime le désert, le challenge, on devient addict ! Tu veux toujours aller plus loin. Même après 12 rallyes, c’est à chaque fois quelque chose de différent : les rencontres et les amitiés fortes indélébiles. C’est tellement fort en émotion, qu’on en veut encore. Quant au parcours, il y des endroits immuables, que nous connaissons bien et cela nous aide, mais on découvre tous les ans des nouveaux parcours. Mon souvenir, c’est d’avoir partagé un raccourci avec un autre équipage. J’ai pris confiance en moi. Maintenant, j’ai envie de transmettre“.

ÉQUIPAGE 190 – Virginie et Anne-Sophie
Team Mafoli, initiales de leurs enfants. Première participation. Elles se connaissent depuis longtemps, et ont bouclé leur budget grâce à leur réseau. Virginie avait voulu faire un raid dans le désert, mais la guerre du Golfe l’en a empêché, lui laissant un regret. Anne-Sophie, qui avait fait le Maroc avec sa maman, en était tombé amoureuse. 2 rêves personnels se sont rejoint. Souvenir : dans les dunes de Merzouga, elles se sont éclatées de bonheur et trop sûres d’elles, ont choisi le parcours où les dunes étaient plus difficiles. La voiture a chauffé, ne pouvant plus monter les dunes. Elles se préparaient à passer la nuit seules, quand trois autres équipages sont arrivés. Elles ont passé la nuit sous les étoiles dans le silence du désert.
“Les dunes sont impressionnantes par leur beauté alors que le désert de cailloux est sinistre. On croise des gens qui viennent ver nous, nous donnent des conseils et qui ont un beau regard sur les gazelles“.

EQUIPAGE 144 – Laurène et Laure

Elles ont 37 et 39 ans, “un âge où on ne veut plus vieillir“. Cette aventure est marquante, même si ça ressemble à une parenthèse et que le quotidien revient très vite. Les sponsors, on les a trouvé là et quand on s’y attendait pas, et notre aventure a pris une couleur locale avec les écoles primaires. On leur a fait un film pour partager ce qu’on avait vécu, et leur montrer la solidarité et l’humanitaire du rallye, avec un discourt un peu féministe aussi : ce n’est pas par qu’on est des femmes qu’on ne peut pas faire du sport automobile ! Faire passer aussi le message de croire en ses rêves car tout est possible. Mon souvenir : On avait fait un beau parcours dès le début, mais l’avant dernier jour, veille de journée de dunes, on a cassé un amortisseur, et ça été très dur, tout s’arrêtait. On a appelé l’assistance qui ne venait pas. On a rejoint la balise. Et là, il y avait nos amies qui nous attendaient avec l’assistance. On a donc fini notre rallye, et, avec nos amies.
C’est quelque chose qu’on sous estime au départ: on est parti à 2, et on est arrivé bien plus nombreuses. Laure : “Ne jamais renoncer…! Nous avons
affronté le désert de rocaille, les herbes à chameaux, les montagnes abruptes les immenses plateaux et les dunes de sable…mais c’est le défi de toute gazelle ! Nous savons que tout est toujours possible, qu’il faut continuer coûte que coûte et ce dépassement de soi est essentiel pour avancer“.


EQUIPAGE 240 – Gaëlle et Anette

Elles se sont rencontrées concurrentes sur le Cap Fémina, et sont devenue amies. “Ce qui m’a vachement pris aux tripes, c’est que, lorsque la nuit tombe, que tu es seule, tu te dis : si tu veux rentrer, c’est toi qui te rentre, c’est personne d’autre. C’est l’autonomie complète ! Je suis rentrée du gazelle, et je me dis que maintenant, il n’y a plus rien d’impossible“. Annette a déjà fait les gazelles, à plus de 50 ans, pour compenser son rêve de faire le
Paris-Dakar en moto. Pour trouver des sponsors elle a passé un brevet de pilotage dans le désert, puis un autre en France avec du franchissement, elle a appris la navigation et l’orientation, a écrit une pièce de théâtre,
qu’elle a joué, et, en 1 an avait bouclé son budget. Depuis elle l’a refait avec sa fille qui était porteuse d’une maladie auto-immune pour “enterrer la maladie au pied des dunes !“, et ont créé une association, “EÇA au-delà des
dunes“. Ce qu’elle apprécie dans le gazelle, c’est qu’il se fait au cap, carte et boussole en main, et apprendre à passer du sable à la montagne. Souvenir : avec sa fille dans les dunes. Elles étaient trois équipages, une des voitures
n’arrivait plus à passer, et elles ont décidé de se poser là pour la nuit. Elles étaient assises dans le sable, quand elles ont vu une caravane passée avec le coucher du soleil en toile de fond. Cet instant magique est gravé dans sa mémoire à jamais. Elle est revenue avec sa fille, toutes seules, apporter du matériel médical, et ont dormi chez les nomades du désert.

Coeur de gazelle
L’association reconnue d’intérêt général, créée en 2001 agit au Maroc autour et pendant le Rallye dans plusieurs domaines : le médical, le
développement durable, la réinsertion professionnelle, la scolarisation et les dons. Reconnues par les autorités marocaines, la caravane suit le
Rallye et apporte une aide aux villages les plus reculés du pays.

By Laurence Mauléon – Bernier

(1) Comment

  1. Thanks for the topic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *