Autos,  J'ai testé pour vous,  Mode de vie,  Rêves d'AutomoBelle

Porsche Cayenne coupé et Panamera hybride

Hybride or not hybride ? Là n’est plus la question pour Porsche

Je me suis souvent demandée d’où venait cette adoration pour les Porsche, porschiste ou non. Je me disais que c’était pour la qualité et la rigueur allemande, ou pour les nombreuses et régulières places sur les podiums en course.

Puis, un jour, un de mes amis me dit : “Tu n’as jamais roulé en Porsche? Tiens voilà les clés de mon Boxster!“

 

J’avais déjà roulé en Ferrari, et pas des moindres (F40, Daytona, Testarossa, Mondial T), ou en Aston-Martin. Alors, je m’étais installée au volant, un peu crâneuse, et surtout sûre de moi dans cette voiture de 1999.

Je n’avais pas prévu que j’allais être, une fois de plus, gagnée par l’émotion instantanément, juste en m’asseyant dedans et en refermant la portière. Je vous passe les détails sur le bruit du moteur que j’ai encore dans l’oreille, la peur d’enfoncer la pédale d’accélérateur, et mon éclat de rire de surprise de la puissance de freinage : je m’étais amusée à la lancer sur une route déserte et rectiligne, puis avais freiné de toutes mes forces. J’avais bien trouvé que les vitesses étaient moins souples à passer que sur nos voitures modernes aseptisées, mais qu’importe, cela faisait partie du charme : j’étais piquée !

La semaine précédente, gentiment, (enfin presque), on m’avait dit : “Ah, mais ce ne sont pas de vraies Porsche !“ … Avec quel bonheur et fierté je vais pouvoir les faire baver!Et voilà, janvier 2020, je vais faire mes premiers essais Porsche : la gamme hybride Cayenne et Panamera.

Donc évidemment, j’étais un peu intimidée devant cette dizaine de Cayenne, (Cayenne coupé et Panamera) flambants neuves et un parterre de journalistes, tous aguerris en la matière. Quelques minutes plus tard, je déposais mon bagage dans le coffre, à l’arrière d’une Panamera Turbo S E-Hybride Sport Turismo.

Pourquoi préciser ça ? C’est pour les non averties : sur une Porsche classique, le coffre est à l’avant.

Le coffre, disais-je, est immense, que se soit sur le Cayenne qui est un très gros SUV que sur la Panamera, une berline.

Enfin, je m’installe à bord. A priori, ce n’est pas une voiture de sport, et le raffinement est là. On est installé dans une zone réservée au chauffeur, séparé du passager par une grande console où se trouve levier de vitesse, vide-poche, commandes des menus du très grand écran tactile. Ecran GPS, certes, mais il permet également d’accéder à tous les réglages de la voiture, que se soit en terme de confort, de conduite, et puisque c’est une hybride : au contrôle de l’autonomie.

40 km d’autonomie en 100% électrique avant de passer en thermique. Un mode spécial vous permet de conserver 5 km d’autonomie pour profiter de la conduite citadine en silence ou conserver carrément la moitié de l’autonomie pour plus tard. Cela devient ludique.

En thermique, c’est à dire avec le moteur en mode de fonctionnement essence, vous avez le choix de rouler en mode “Sport“ ou “Sport plus“. Alors oui, on est bien dans une Porsche, une Porsche et sa puissance, sa puissance en terme de couple, mais aussi de freinage, sa sécurité et sa tenue de route (on l’a testé sur circuit archi verglacé : un régal), son confort qui avale les imperfections du bitume et vous fait voyager dans une bulle de silence. Vous êtes seule au monde pour profiter des 480 ch du V8. Car c’est ça aussi Porsche : le déploiement de la cavalerie, des turbos, des pots, et des technologies embarquées.

C’est vrai, je n’ai pas eu sur la route, l’émotion que j’ai pu avoir dans une voiture de course, mais le bonheur de rouler dans ces vaisseaux n’a pas de prix! En revanche, nous avons fait des “départs arrêtés“ sur le tarmac d’un aérodrome. En enfonçant à fond la pédale, la poussée d’adrénaline est à la hauteur de la poussée de la voiture. Et mieux encore : quand le moniteur m’a fait tenir les pédales de frein et de l’accélérateur enfoncées à fond, puis lâcher d’un seul coup le frein : la voiture part comme une fusée pour atteindre les 100 km/h en 3,8 s. On se demande dans une fraction de seconde si elle va s’arrêter !

Quand je me suis enfin immobilisée, il régnait dans la voiture, un curieux silence, mêlé de peur et d’adrénaline : j’étais surprise par la voiture et par moi-même! Le lendemain, pressée de revivre ce moment là, le moniteur me faisait faire avec la voiture des tours de manège sur glace, volant bloqué à fond et accélération maximum : la tête se met finalement à vous tourner beaucoup, et il faut relâcher doucement la pédale des gaz avant de s’immobiliser (vidéo à voir sur notre)  “Le pied“ ! J’ai vu des hommes ce jour là qui ont eu peur !

Vous voulez encore plus de rêve? Pourquoi pas se laisser tenter par la nouvelle Taycan 100% électrique? Mais ça, c’est une autre histoire! Et quand Porsche va m’inviter à rouler dans la nouvelle 911, je vous tiendrais au courant! l

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *