RétromoBelle

Fiat 600 Joly, une rencontre inattendue!

Giovani AGNELLI, PDG de FIAT avait, à la fin des années 60, voulu un modèle d’auto de faible encombrement (pour pouvoir l’embarquer à bord de son yacht et l’utiliser lors de ses escales en Méditerranée), sans portières, et pourvu de sièges en osier afin que ses invités puissent, le cas échéant, conserver leur maillot de bain. Une toile tendue en guise de toit était également souhaitée en option.

Voici comment je suis devenue l’heureuse propriétaire d’une JOLLY !

C’était en octobre 2011, par un de ces jours gris, humides, qui vous mettent tout de suite le moral dans les socquettes. Il faut dire qu’en l’occurrence j’arrivais de Los Angeles, et l’addition des heures de service en cabine du TRIPLE 7 à bord duquel j’étais hôtesse de l’air, combinée aux effets du “Jet lag“ et du choc thermique, n’avaient vraiment rien d’euphorisant. Sur le trajet, trop long, qui sépare ROISSY de ma maison, je luttais contre la fatigue qui me gagnait, n’ayant qu’une envie, celle de me pelotonner sous la couette et de me fondre voluptueusement dans les souvenirs d’hier : les plages californiennes comme MALIBU, VENICE… dont le seul nom m’évoquaient des souvenirs de bonheur. Aussi, je ne sais pour quelle raison, à peine arrivée, au lieu de me jeter dans les bras de Morphée… j’ai mis machinalement en route mon ordinateur. Sur ma messagerie apparaissait un mail de mon père, grand collectionneur de voitures italiennes anciennes, qui signalait à mon attention (avec photos à l’appui), une adorable FIAT 600 JOLLY à vendre en CORSE.


Devant sa bouille souriante, ses petits yeux tout ronds, sa robe saumon et ses sièges en osier, je n’ai pas pu résister. J’ai craqué ! De fait, j’avais sous les yeux la mythique «beach car», la voiture hyper branchée à l’origine, créée pour les femmes … dont coïncidence – mes amies californiennes m’avaient
d’ailleurs beaucoup parlé à L.A. ! Pas de doute, c’était un signe du destin. Cette auto venait à moi, elle n’était pour personne d’autre. Un coup de fil à mon père, pour fixer un rendez-vous avec le vendeur… Et le lendemain, en fin de matinée, on débarque en famille à BASTIA ! Le propriétaire vient nous accueillir à l’aéroport et, sur le parking, nous sommes invités à examiner la belle sous toutes ses coutures. Elle ne présentait pas de défaut majeur, (hormis le fait qu’elle sortait d’un long sommeil d’une dizaine d’années). Avant de procéder aux essais sur route, son propriétaire retira ses mocassins et m’informant que c’est ainsi que cette voiture, pensée et créée pour les femme, devait être conduite, c’est-à-dire pieds nus et je peux vous dire que j’ai moi-même adopté très vite cette façon de conduire !

Voici donc la petite histoire de l’acquisition de ma JOLLY, et c’est donc non sans une grande fierté que ma voiture a été élue la voiture la plus féminine par le magazine AUTOMOBELLE.

By Laurence Mauléon – Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *