J'ai testé pour vous RétromoBelle Rêves d'AutomoBelle

DeVinci Grand Prix 1930

RETOURS VERS LE FUTUR

Est-ce que l’homme est aussi fou que ces voitures semblent l’être ? Sûrement pas !

UN VÉHICULE UNIQUE

Ancien pilote professionnel , Jean-Philippe Dayraut, est maintenant un chef d’entreprise, qui court beaucoup. Créateur de Mitjet Motosport, il fabrique et exporte dans le monde entier des véhicules de compétition. Il a invité la rédaction d’ AutomoBelle à venir essayer “Classique“, voiture d’un autre temps. C’est ce que nous avons fait, curieuses et impatientes.

Produite en petite quantité, la “Classique Grand Prix 1930“, est un véhicule moderne, avec la technologie et la sécurité modernes, mais au look suranné des années folles. La palette de couleur carrosserie est infinie. Le châssis de cette voiture de course des années 30 est numéroté, et le numéro est choisi
par son propriétaire, ainsi que son nom. Tout au long de la fabrication, une vidéo est faite, afin que ce même propriétaire suive l’évolution de son petit bijou. Il aura dépensé au minimum 44 000 € (hors TVA) pour son acquisition. Cette année, une cinquantaine de voitures ont déjà été produites et livrées dans le monde.

ESSENCE OU DIESEL

Perdu, aucun des deux, car c’est un moteur électrique qui équipe cette “Grand Prix 1930“, avec une autonomie de 130 km (d’après la fiche technique). Elle atteint les 100km/h en 4 secondes (toujours d’après la fiche technique). Pas mal non? On peut évidemment rouler sur la route, puisqu’elle est homologuée, et c’est ce que nous avons fait, malheureusement sans le casque et les gants, pas obligatoires, mais
tellement important pour le look!

EXPÉRIENCE SURPRENANTE

En tournant la clé de contact, on s’attend à un bruit rauque, et on pense ne pas avoir démarré. Mais si, c’est fait, et en silence. Pendant 1/4 de seconde, on se dit être dans un jouet, mais, quand on accélère, on éclate de rire ! Ce n’est pas du tout un jouet, mais un véhicule qui roule et qui roule vite.
Pesant peu (500 kg), et étant bas sur la route, elle vous procure des sensations très fortes. Les trajectoires sont excessivement directes. En quelques secondes, vous êtes complètement conquises. Si le mode électrique avait existé en 1930,comment les années folles se seraient-elle appelées ?

By Laurence Mauléon Bernier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *